• Numéro 2 | Frédéric Khodja, fiction d'u lieu

    Fiction d'un lieu : Frédéric Khodja

    Frédéric Khodja pense et s'exprime avec des images. Son discours est imagé, ses idées prennent forme, les concepts théoriques trouvent leurs correspondances iconiques. Ses dessins, qui se détachent puissamment sur de grandes feuilles immaculées, sont des lieux. Tout d'abord ils font partie d'un lieu universel : le dessin. Ce lieu très vaste spatialement et chronologiquement, recoupe le lieu du dessein, de l'idée. De plus, les dessins de Frédéric Khodja sont des lieux au sens de la feuille de papier sur laquelle la main applique de la matière : territoire limité, cartographié par l'intervention de l'artiste qui transcrit matériellement avec le dessin, le lieu du dessein. Le lieu est travaillé grâce à l'usage d'objets spatiaux exogènes à l'œuvre en train de se faire : souvent des photographies, cartes postales, gravures, images populaires, qui ont été très bavardes pour l'artiste et qui s'imposent comme références.

    Les titres des dessins sont souvent des clins d'œil qui nous font pénétrer dans d'autres lieux, par exemple le dessin Giorgio et Dino, hommage au peintre et graveur italien inclassable Giorgio Morandi et à l'auteur / dessinateur Dino Buzzati. Le dessin de Frédéric Khodja est donc un agrégat de strates, une succession d'images digérées et aplaties par les traits d'un nouveau dessin. Une pratique qui oscille entre des fondamentaux qui paraissent organisés en systèmes de pensée récurrents (ordre) et des sources, des références qui apparaissent et disparaissent au gré de découvertes, attachées au souvenir et à la dimension aléatoire de la mémoire (désordre).

    Nous invitons les lecteurs à pénétrer dans le lieu du dessin défini par Frédéric Khodja, à s'y perdre, ou à s'en évader...

    [GP]

     

     

     

     

    Frédéric Khodja réside et travaille à Lyon. Il participera à l'exposition collective Irréel, de la réalité au rêve, avril/septembre 2008, au musée Paul Dini de Villefranche-sur-Saône,

    Exposition récente, La Voix des images, septembre-octobre 2007, Lyon, Musée des Moulages

    Les dessins reproduits dans ce numéro sont tous réalisés à la pierre noire sur papier grand aigle Vinci (105 x 75) et ont été produits en juillet 2007.

    Par ordre d'apparition Les yeux fermentés, Chez Louis-René, Giorgio and Dino (Via Khodja), Les Pays de 16. Les quatre dessins sont dans des collections privées.

    Le blog de Frédéric Khodja http://lesarchivesdefrederickhodja.blogg.org


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :